Allocution d’ouverture du Directeur général de l’OMS lors de la conférence de presse – 24 janvier 2023 – Monde

Allocution d’ouverture du Directeur général de l’OMS lors de la conférence de presse – 24 janvier 2023 – Monde
Allocution d’ouverture du Directeur général de l’OMS lors de la conférence de presse – 24 janvier 2023 – Monde

Bonjour, bon après-midi et bonsoir,

Depuis le début du mois de décembre, le nombre de décès hebdomadaires signalés à cause de la COVID-19 est en augmentation.

Au total, au cours des huit dernières semaines, plus de 170 000 personnes sont mortes du COVID-19.

Ce ne sont que des décès signalés ; le nombre réel de décès est beaucoup plus élevé.

Presque exactement trois ans après avoir déclaré une urgence de santé publique de portée internationale, notre plus haut niveau d’alerte, le Comité d’urgence sur le COVID-19 se réunira cette semaine pour déterminer si la situation actuelle constitue toujours une urgence mondiale.

Bien que je ne préjuge pas de l’avis du Comité d’urgence, je reste très préoccupé par la situation dans de nombreux pays et le nombre croissant de décès.

Alors que nous sommes clairement en meilleure forme qu’il y a trois ans lorsque cette pandémie a frappé pour la première fois, la réponse collective mondiale est une fois de plus mise à rude épreuve.

Trop peu de personnes – en particulier les personnes âgées et les agents de santé – sont correctement vaccinées.

Trop de gens sont en retard sur leurs boosters.

Pour trop de gens, les antiviraux restent chers et hors de portée.

Et trop de gens ne reçoivent pas les bons soins.

Les systèmes de santé fragiles ont du mal à faire face au fardeau du COVID-19, en plus de prendre en charge les patients atteints d’autres maladies, notamment la grippe et le VRS.

La surveillance et le séquençage génétique ont considérablement diminué, ce qui rend plus difficile le suivi des variants connus et la détection de nouveaux.

Et il y a un torrent de pseudo-science et de désinformation qui circule, ce qui sape la confiance dans des outils sûrs et efficaces pour COVID-19.

Mon message est clair : ne sous-estimez pas ce virus, il nous a surpris et continuera de nous surprendre et il continuera de tuer, à moins que nous ne fassions plus pour fournir des outils de santé aux personnes qui en ont besoin et pour lutter de manière globale contre la désinformation.

===

Le COVID-19 n’est pas la seule menace qui pèse sur l’humanité.

Depuis le début de l’année, j’ai parlé des myriades de menaces qui exigent une réponse sans précédent, du choléra aux conflits en passant par la crise climatique.

Le nombre de personnes ayant besoin d’aide humanitaire a augmenté de près de 25 % par rapport à l’année dernière, pour atteindre 339 millions de personnes.

80 % des besoins humanitaires dans le monde sont motivés par les conflits ;

Et environ la moitié des décès évitables de mères et d’enfants surviennent dans des contextes fragiles, touchés par des conflits et vulnérables.

Le monde ne peut pas détourner le regard et espérer que ces crises se résolvent d’elles-mêmes.

C’est pourquoi nous appelons les donateurs à soutenir l’appel d’urgence sanitaire de l’OMS pour deux milliards et demi de dollars américains.

Ces fonds soutiendront l’OMS et ses partenaires sur le terrain, aidant les personnes les plus vulnérables dans plus de 50 urgences en cours, dont onze urgences de niveau 3, qui est notre niveau le plus élevé.

Avec un financement et une action urgente, nous pouvons sauver des vies, soutenir les efforts de rétablissement, prévenir la propagation des maladies à l’intérieur des pays et au-delà des frontières, et aider à donner aux communautés la possibilité de se reconstruire pour l’avenir.

Sans cela, nous n’atteindrons pas toutes les personnes qui ont le plus besoin d’aide.

Comme l’a dit l’ancien Premier ministre Gordon Brown lors du lancement de l’appel ; l’espoir meurt lorsque les médicaments, les vaccins et les traitements ne sont pas disponibles.

Mais l’espoir renaîtra si nous pouvons financer les médicaments, fournir les médecins, équiper les agents de santé et éviter les décès et les souffrances évitables.

===

Au cours des quatre derniers mois, plusieurs pays ont signalé des cas de sirops contre la toux contaminés pour les enfants.

L’année dernière, l’OMS a tiré la sonnette d’alarme en lançant des alertes médicales en octobre sur la Gambie, en novembre sur l’Indonésie et plus tôt ce mois-ci sur l’Ouzbékistan.

Les cas dans ces trois pays sont associés à plus de 300 décès, mais on sait qu’au moins sept pays ont été touchés.

La plupart des décès concernent des enfants de moins de cinq ans.

Ces contaminants sont des produits chimiques toxiques utilisés comme solvants industriels et agents antigel qui peuvent être mortels même en petites quantités et ne devraient jamais se trouver dans les médicaments.

Cette semaine, l’OMS a lancé un appel urgent aux pays, aux fabricants et aux fournisseurs pour qu’ils fassent davantage pour prévenir, détecter et réagir rapidement aux médicaments contaminés.

Les gouvernements doivent renforcer la surveillance afin de pouvoir détecter et retirer de la circulation tout médicament de qualité inférieure identifié dans les alertes médicales de l’OMS.

Ils doivent également appliquer des mesures légales pour aider à arrêter la fabrication, la distribution et l’utilisation de médicaments de qualité inférieure et falsifiés.

Et les fabricants doivent acheter des ingrédients de qualité pharmaceutique auprès de fournisseurs qualifiés et effectuer des tests complets avant de les utiliser ;

Et les fournisseurs doivent toujours vérifier les signes de contamination des médicaments et ne distribuer ou vendre que des médicaments autorisés et provenant de sources approuvées par les autorités compétentes ;

Tous les décès inutiles font mal, mais lorsque des enfants meurent, cette douleur est amplifiée et exige une réponse requise.

===

Hier, l’OMS a publié un rapport majeur sur les gras trans, montrant que dans le monde, 5 milliards de personnes ne sont toujours pas protégées contre ces produits chimiques toxiques qui sont utilisés dans de nombreux aliments et augmentent le risque de maladie cardiaque et de décès.

En 2018, l’OMS a lancé et nos partenaires ont lancé un appel mondial pour éliminer les gras trans, qui n’ont aucun avantage connu pour la santé, mais comportent d’énormes risques pour la santé.

À l’époque, seulement 550 millions de personnes étaient protégées par des politiques interdisant l’utilisation de gras trans produits industriellement, principalement dans les pays à revenu élevé d’Europe et des Amériques.

Aujourd’hui, 43 pays, représentant un tiers de la population mondiale, ont mis en place de telles politiques.

L’année dernière, l’Inde est devenue le premier pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure à adopter une politique de meilleures pratiques.

Le Bangladesh, les Philippines et l’Ukraine ont tous adopté des politiques qui entreront en vigueur dans les années à venir, et le Nigéria et le Sri Lanka devraient bientôt adopter leurs politiques.

Il y a donc eu des progrès majeurs, mais il reste encore beaucoup à faire.

Je salue les pays et les fabricants qui se sont déjà mobilisés et appellent tous les pays et tous les fabricants à se débarrasser une fois pour toutes des gras trans.

Parce que la nourriture devrait être une Source de santé, pas une cause de maladie.

===

Et je voudrais terminer en disant que nous déplorons l’enlèvement du collègue de l’OMS, le Dr Mahamadou Diawara, qui a été enlevé par des assaillants non identifiés de sa voiture le 23 janvier dans la ville de Ménaka au nord du Mali.

Nous travaillons avec les autorités locales pour enquêter sur l’enlèvement et assurer le retour rapide de notre collègue dans sa famille.

Les agents de santé ne devraient jamais être une cible.

Christian, reviens à toi.

The article is in English

Tags: Allocution douverture Directeur général lOMS lors conférence presse janvier Monde

.

NEXT Un volcan sous-marin entre en éruption au Vanuatu