Le professeur Enoch Burke a passé sa première nuit en détention isolé de la population carcérale générale

L’enseignant Enoch Burke, emprisonné pour outrage au tribunal à la suite d’une dispute transgenre à l’école, a passé sa première nuit en détention isolé de la population carcérale générale.

Urke a été incarcéré à la prison de Mountjoy à Dublin hier sur ordre d’un juge de la Haute Cour.

Les premières étapes de son incarcération se dérouleront dans la base C de la prison où tous les nouveaux détenus sont placés à leur arrivée pour subir une évaluation des risques standard.

Dans le cadre des mesures mises en place par l’administration pénitentiaire pour prévenir la propagation du Covid-19, tous les nouveaux internés sont également prélevés après leur arrivée et isolés jusqu’à ce qu’ils soient testés négatifs.

Cela signifie que M. Burke ne se mêlera pas à la population carcérale générale jusqu’à ce qu’un test négatif pour Covid-19 soit renvoyé, comme c’est la pratique courante, s’il reste en détention.

Le juge Michael Quinn a l’instituteur restera incarcéré jusqu’à ce qu’il purge son outrage au tribunal et accepte de se conformer à l’injonction obtenue par l’école.

Burke a été incarcéré à la prison de Mountjoy pour outrage au tribunal après avoir dit à un juge qu’il ne respecterait pas une ordonnance du tribunal l’empêchant de se présenter au travail pendant sa suspension, affirmant que cela violerait ses croyances religieuses.

L’instituteur s’est opposé à une demande de l’école de l’hôpital Wilson pour son emprisonnement, en disant : « J’aime mon école. Je suis ici aujourd’hui parce que je n’appellerais pas un garçon une fille.

Il a déclaré au juge Michael Quinn: «Ce n’est pas quelque chose que je ferai. C’est en violation de ma conscience.

Le chrétien évangélique a été suspendu avec plein salaire le 24 août en attendant le résultat d’une procédure disciplinaire après s’être affronté avec le directeur et le conseil d’administration de l’école au sujet d’une demande aux enseignants d’adresser un élève transgenre par un nouveau nom et d’utiliser le pronom “ils” au lieu de “il”.

Cependant, il a continué à se présenter au travail, incitant le pensionnat diocésain de l’Église d’Irlande à demander et à obtenir une injonction interlocutoire de la juge Siobhan Stack mercredi dernier l’empêchant de venir dans ses locaux de Multyfarmham, Co Westmeath jusqu’au 7 septembre.

Malgré cet ordre, il a continué à venir à l’école chaque matin. Cela a conduit à une nouvelle demande du conseil d’administration et la juge Miriam O’Regan a ordonné vendredi que M. Burke soit arrêté et traduit devant le tribunal.

Rosemary Mallon, avocate du conseil d’administration de l’école, a déclaré au juge Quinn qu’elle ne cherchait pas à punir M. Burke mais cherchait simplement à le contraindre à respecter l’ordre de rester à l’écart de ses locaux.

“C’est avec le cœur lourd que l’école a dû présenter cette candidature”, a-t-elle déclaré.

L’avocat a déclaré que le propre récit de M. Burke satisfaisait à la norme pénale de preuve hors de tout doute raisonnable qu’il avait enfreint l’ordonnance et continuerait de le faire.

M. Burke, qui se représentait lui-même, s’est assis à l’avant du tribunal sur un banc réservé aux avocats chevronnés après y avoir été invité par le juge. Il a confirmé que s’il n’était pas emprisonné, il avait l’intention de se présenter pour travailler à l’école.

Le juge Quinn a déclaré que la seule question dont il pouvait se préoccuper était de savoir s’il y avait eu une violation délibérée de l’ordonnance de Mme Justice Stack et qu’il ne pouvait pas se préoccuper des questions soulevées par M. Burke au sujet de sa suspension.

Le juge a déclaré qu’il n’était pas contesté que M. Burke ne s’était pas conformé à l’ordonnance et qu’il était convaincu que l’enseignant était coupable d’outrage au tribunal.

“J’ordonne qu’il soit incarcéré à la prison de Mountjoy et qu’il y reste jusqu’à ce qu’il purge son outrage ou jusqu’à nouvel ordre de ce tribunal”, a déclaré le juge Quinn.

Plus tôt, M. Burke avait déclaré au tribunal : « Je suis enseignant et je ne veux pas être en prison. Je veux être dans ma classe aujourd’hui.

Il a affirmé qu’il y avait un vice de procédure dans sa suspension, qui, selon lui, était contraire aux procédures équitables et illégale. Il a dit que pour que sa suspension soit valable, il aurait dû avoir commis une faute lourde.

“Il est répréhensible que les croyances religieuses de quiconque puissent être considérées comme un motif d’inconduite ou de faute grave”, a-t-il déclaré.

L’enseignant a déclaré que le transgenre était contraire à ses croyances religieuses et contraire à l’enseignement de toutes les grandes églises de l’île d’Irlande.

“Si je devais obéir à l’ordre du conseil d’administration et à l’ordre du tribunal, je devrais accepter que m’en tenir à ma croyance en l’homme et la femme est une erreur”, a-t-il déclaré.

“Ce n’est pas quelque chose que je ferai. C’est en violation de ma conscience.

“Si j’entrais dans l’école et m’inclinais devant quelque chose que je sais être manifestement faux, ce serait une honte et une disgrâce de ma part.”

Suite à la décision du juge, M. Burke, qui portait un costume à carreaux gris et une chemise blanche à col ouvert, a déclaré qu’il ne serait pas en mesure de purger son mépris.

“Je ne peux pas purger mon mépris en méprisant mes croyances chrétiennes”, a-t-il déclaré.

M. Burke a étreint son père Sean et son frère Isaac, qui regardaient depuis le corps du tribunal, avant d’être emmenés par gardaí.

Il avait été arrêté dans les locaux de l’internat et amené au tribunal par gardaí, arrivé à 10h30 hier.

Cependant, l’audition de la demande d’outrage n’a commencé qu’à 14 heures car il y avait d’autres affaires sur le rôle du tribunal.

proche

Enoch Burke (à droite), accompagné de son père, Sean Burke, est traduit en justice ce matin par gardaí. Photo: Collins Courts

Enoch Burke (à droite), accompagné de son père, Sean Burke, est traduit en justice ce matin par gardaí. Photo: Collins Courts

M. Burke est issu d’une famille bien connue de Castlebar, Co Mayo. Lui et certains de ses frères et sœurs ont été impliqués dans plusieurs litiges juridiques et autres ces dernières années, dont certains liés à leurs croyances religieuses.

M. Burke est en désaccord avec la hiérarchie de l’école diocésaine de l’Église d’Irlande depuis mai, lorsque le directeur de l’époque, Niamh McShane, a adressé la demande au personnel.

Il est survenu à la suite d’une rencontre entre le directeur, un élève et les parents de l’élève, au cours de laquelle on a dit au directeur que l’enfant souhaitait faire la transition.

Selon des documents déposés au tribunal, M. Burke a déclaré plus tard à Mme McShane qu’il ne pouvait pas être d’accord avec le transgenre et que “la demande” qu’elle avait faite devait être retirée.

Cependant, le directeur a souligné que la philosophie de l’école était inclusive et que le bien-être des élèves était primordial.

Mme McShane a déclaré à M. Burke que cela faisait également partie de la politique d’admission de l’école de ne pas discriminer un élève pour l’un des motifs énoncés dans la loi sur l’égalité de statut.

Elle a déclaré que tout refus de s’adresser à des personnes par leur sexe préféré ou leur nouveau nom constituerait une discrimination fondée sur le sexe.

Un affidavit déposé par le président du conseil d’administration, John Rogers, a expliqué comment M. Burke a refusé d’accepter cela et a soulevé à plusieurs reprises la question et s’est heurté au directeur et au conseil d’administration.

M. Burke a été arrêté ce matin dans les locaux de l’internat de Multyfarnham, Co Westmeath et amené par gardaí à la Haute Cour de Dublin, où il est arrivé à 10h30.

Cela comprenait un incident où M. Burke a interrompu un service religieux marquant le 260e anniversaire de l’école en juin.

Lors de la prière de clôture, il se serait levé et aurait parlé pendant deux à trois minutes, exigeant le retrait de la demande de Mme McShane.

Il a affirmé que cela allait à l’encontre de l’éthique de l’école et de la vision de son fondateur, Andrew Wilson, ainsi que des enseignements de l’Église d’Irlande.

L’explosion a provoqué un débrayage des membres de la congrégation, y compris des étudiants de sixième année.

Selon M. Rogers, un dîner a eu lieu après le service, après quoi M. Burke a approché Mme McShane et, d’une manière “chauffée”, lui a demandé de retirer la demande qu’elle avait faite au personnel.

Mme McShane a dit qu’elle était disposée à lui parler, mais ce n’était pas l’endroit approprié et elle s’est éloignée de lui. Cependant, il est allégué qu’il l’a suivie et a continué à l’interroger à haute voix. M. Rogers a déclaré que d’autres personnes se tenaient entre eux pour empêcher la poursuite de l’interrogatoire.

Dans un rapport au conseil d’administration de l’école, Mme McShane, qui a depuis occupé un poste de directeur dans une autre école, a exprimé de “sérieuses inquiétudes” quant à la façon dont M. Burke pourrait agir à l’avenir.

“Ces préoccupations s’étendent à l’étudiant concerné et à l’ensemble du corps étudiant”, a-t-elle déclaré.

proche

L'enseignant suspendu Enoch Burke a été arrêté aujourd'hui et traduit devant la Haute Cour.

L'enseignant suspendu Enoch Burke a été arrêté aujourd'hui et traduit devant la Haute Cour.

L’enseignant suspendu Enoch Burke a été arrêté aujourd’hui et traduit devant la Haute Cour.

L’enseignant suspendu Enoch Burke a été arrêté aujourd’hui et traduit devant la Haute Cour.

La famille Burke n’est pas étrangère à la controverse.

Plus tôt cette année, la sœur d’Enoch, Ammi, une avocate, s’est heurtée à la Commission des relations sur le lieu de travail (WRC) et à un juge au sujet du traitement d’une plainte pour licenciement abusif qu’elle intente contre le cabinet d’avocats Arthur Cox.

Sa réclamation a été rejetée par le WRC suite à des interruptions répétées de sa mère Martina Burke.

La matriarche de la famille dirige la Burke Christian School à Castlebar et a scolarisé à domicile ses dix enfants.

Il y a trois ans, elle critiquait la formation LGBTQ+ des directeurs d’école, la décrivant comme un « cadre amoral et permissif ».

En avril dernier, elle et deux de ses enfants, Jemima et Josiah, ont été retirés par la gardaí d’une enquête après avoir fait des allégations non fondées sur les soins de santé d’un enfant.

En 2021, Ammi, Enoch et deux autres frères et sœurs, Isaac et Kezia, ont perdu un procès contre NUI Galway pour une décision de les interdire à vie de devenir membres des sociétés universitaires. Le tribunal a entendu les Burkes distribuer des dépliants qui reliaient implicitement le mariage homosexuel à la pédophilie et à l’inceste.

M. Burke n’a pas comparu devant le tribunal vendredi et n’était pas représenté légalement mais avait été informé de la décision du tribunal d’accorder l’ordre d’arrestation, a déclaré l’avocat de l’école.

L’école prétend bien qu’il ait été signifié et informé de l’injonction provisoire, M. Burke continue de fréquenter l’école.

The article is in English

Tags: professeur Enoch Burke passé première nuit détention isolé population carcérale générale

.

NEXT Les Blue Jays écrasent les Red Sox pour commencer la soirée de célébration des séries éliminatoires